Qarabag – Page 8 – evidence base of historical rights of Azerbaijanis

Le président arménien viole publiquement l’histoire: seulement des faits

Le 3 novembre, le président Sarkissian a clairement démontré comment l’Arménie crée les mythes du conflit du Karabakh. Ceci est fait dans l’espoir d’une «mémoire courte» de l’opinion publique mondiale. Les documents indiquent que sur 14 propositions exprimées par Sarkissian sur l’histoire du Karabakh, 9 contiennent des mensonges évidents.

Comment 20% des Arméniens sont devenus la majorité au Karabakh: 10 faits peu connus

Le Zangezur occidental, densément peuplé il y a quelques générations de Turcs et de Kurdes, a été transféré en Arménie «sur la base d’une majorité nationale». Sur la même base, une autonomie arménienne a été créée au Haut-Karabakh, qui a ensuite servi de base à la formation de la “République d’Artsakh” non reconnue. Voici 10 faits, étayés par des documents, sur les méthodes par lesquelles la majorité arménienne s’est formée dans ces régions de l’ancien khanat du Karabakh.

Des documents révèlent le secret du “miracle arménien ” du Karabakh

En 100 ans, sur la minorité de 20% au Karabakh, les arméniens sont devenus la majorité absolue dans la partie haute, représentant 94% de la population. C’est ce qui leur a permis d’y acquérir une autonomie qui, dans les années 1990, a absorbé la partie basse du Karabakh, devenant la «République d’Artsakh». Comment en si peu de temps, une si merveilleuse réincarnation de 20% à 94% est racontée par les documents officiels du XIXe et du début du XXe siècle.

À qui appartient Karabakh: 10 faits peu connus des profondeurs de l’histoire

Tous les faits ci-dessus sont basés sur les documents officiels de l’Empire Russe, conservés à la bibliothèque d’état russe à Moscou, ainsi que sur les travaux scientifiques de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie, conservés à Erevan. Des analyses et des informations plus détaillées sont présentées dans le document Droit de la primauté du Karabakh: les documents russes et arméniens dissipent les mythes européens.

Droit de primauté au Karabakh: les documents russes et arméniens dissipent les mythes européens

L’histoire ethnique du Karabakh est extrêmement politisée. Les deux parties au conflit défendent leurs droits sur ce morceau de terre montagneuse, notamment en revendiquant l’antiquité de leur propre présence. En outre, l’une des parties soutiennent les intellectuels européens. Ainsi, en octobre 2020, au plus fort de la guerre du Karabagh, français, historien et écrivain, Olivier Delorme a appelé à partir des pages du journal Le Figaro «arrêter d’utiliser le mot séparatisme au Haut-Karabakh, de l’Artsakh, les arméniens, peuplé depuis l’antiquité, plus de 90% par les arméniens». Malheureusement, aucune référence aux sources ou preuve documentaire de ses propos n’a été donnée par Delorme.

Résolutions des Nations Unies sur le Haut-Karabagh