1

Créateur du premier musée du tapis au monde, originaire de Choucha: Latif Kérimov

Qarabag.com présente des documents sur Latif Kérimov, fondateur de l’école moderne d’art du tapis en Azerbaïdjan et premier organisateur du tissage de tapis en Azerbaïdjan, un originaire de Choucha.


Latif Hussein oglou Kérimov, artiste azerbaïdjanais des arts décoratifs appliqués, artiste ornemaniste, spécialiste des tapis et enseignant est né le 17 (4) novembre 1906 à Choucha. Latif Kérimov a été l’un des premiers à unir les ornements aux images et aux motifs des portraits dans les tapis azerbaïdjanais. Il a appris les bases du tissage de tapis auprès de sa mère.
[Artistes du peuple de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 397]
[Tch. Kajar. Vieux Choucha. 2007, p. 145]
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 64]
[Encyclopédie soviétique azerbaïdjanaise, vol. V, 1981, p. 354]

En 1912, Latif et ses parents ont dû déménager dans la ville de Mechkhed (Iran) en raison de circonstances familiales. Ici, ils ont vécu dans un quartier de natifs de Choucha. Après avoir terminé l’école primaire à Mechkhed, Latif a travaillé dans un atelier de tissage de tapis, où il tissait des tapis et faisait des tchechni (dessins) pour les nouveaux tapis. En 1924-1928. Latif Kérimov a étudié à l’école de miniatures de l’artiste iranien Hussein Behzad à Tabriz et Téhéran, en 1926-1929 – à la faculté d’histoire de l’université de Téhéran, dont il n’est pas diplômé.
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 64, 67]
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 397]

En 1929, Latif Kérimov est rentré en Azerbaïdjan. À partir de 1930 et jusqu’à la fin de sa vie, il a travaillé comme directeur artistique et technique du syndicat Azerkhaltcha. Les tapis Khanlig (1930-1932), Afсhan (1932), Gonakhkend (1939), Khamse (1940-1941 – cinq tapis tissés d’après les œuvres du poète azerbaïdjanais Nizami Ganjavi), Letchek-Tourounj (1952),
Choucha (1953), Göygöl (1958), Karabakh (1960), Chabi hijran (1958\75) ont été créés sous sa direction. Il a également créé des tapis portraits d’éminentes personnalités d’Azerbaïdjan : l’architecte Ajami Nakhchivani, le dramaturge Djafar Djabbarli, l’académicien Youssif Mammadaliyev, les poètes Imadeddine Nasimi, Mahammad Fuzuli, Molla Panah Vaguif, Hussein Djavid, Samad Vourgoun, etc. Son tapis dédié à Ajami Nakhichivani est conservé dans la collection permanente de l’UNESCO à Paris (France).
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, pp. 71; 77; 87]
[K.Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 26]
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 397]
[Encyclopédie soviétique azerbaïdjanaise, vol. V, 1981, p. 354]
[The Honorary Cemetery. 2007, p. 109]

En 1937-1939, Latif Kérimov a participé à la décoration du pavillon de l’Azerbaïdjan à l’exposition agricole de l’URSS (actuellement Exposition des réalisations de l’économie nationale) à Moscou. En 1940-1941, il a participé à la conception du musée de la littérature azerbaïdjanaise à Bakou.
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 92]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 20-21]
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 397]

En 1950, Latif Kérimov a reçu le prix d’État de l’URSS, la même année, il a reçu le titre de candidat en histoire de l’art pour ses recherches approfondies et ses travaux pratiques dans le domaine des arts appliqués. En 1955 (1957), il a reçu le titre de travailleur artistique honoré, et en 1960, celui d’artiste national de la RSS d’Azerbaïdjan.
[Encyclopédie soviétique d’Azerbaïdjan, vol. V, 1981, p. 354]
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Vol. 4. Livre 2. 1995, p. 398]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 36]
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 96]
[F. Chouchinsky. Choucha. 1968, p. 132]

Les œuvres de Kérimov ont été exposées aux expositions universelles de Paris (France) en 1936\1937, de New York (les États-Unis) en 1938, de Bruxelles (Belgique) en 1958, de la République démocratique allemande (aujourd’hui Allemagne) en 1973, de Tbilissi (Géorgie) en 1978, et de Londres (Angleterre) en 1986. Le 9 juin 1954, Latif Kérimov a ouvert sa première exposition personnelle à Moscou. Il s’agissait de la première exposition consacrée au tapis en Union soviétique.
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, pp. 397-398]
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, pp. 80, 89]
[F. Chouchinsky. Choucha. 1968, p. 131]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 28]

Latif Kérimov est l’auteur du livre « Tapis azerbaïdjanais » (le premier volume de ce livre a été publié en 1961, les suivants en 1983). Ce livre est devenu un ouvrage de référence pour les historiens de l’art et les employés de musées dans de nombreux pays du monde. Par exemple, le directeur du musée des arts décoratifs et appliqués de Budapest (Hongrie), Karol Gamboch, a écrit à Kérimov : « Votre livre est devenu une bible dans notre musée. Il est très populaire parmi nos spécialistes hongrois ».
[Tch. Kadjar. Vieux Choucha. 2007, p. 145]
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 92]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, pp. 32-33]

Dans le livre « Latif Kérimov – artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan » de 1984, il est indiqué :
« Avec sa monographie «Tapis azerbaïdjanais », Latif Kérimov a prouvé que de nombreux tapis, connus jusqu’alors sous le nom de tapis « caucasiens » et « iraniens », appartiennent au groupe des tapis azerbaïdjanais. « Ces tapis sans abri ont reçu leur nouveau passeport », ont trouvé une patrie et sont devenus des tapis azerbaïdjanais ».
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 33]

Environ 1300 éléments divers d’ornements de tapis ont été systématisés et étudiés dans le livre «Tapis azerbaïdjanais». Cet oeuvre a joué un rôle clé dans la publication de la carte des points des tapis orientals à Londres en 1974, le consultant principal de cette carte étant Latif Kérimov.
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, pp. 80; 93]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983., p. 31]

Latif Kérimov a créé 7 écoles de tapis azerbaïdjanais : de Karabakh, de Gouba, de Chirvan, de Gandja, de Gazakh, de Bakou et de Tabriz.
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 80]

En 1967, à l’initiative de Latif Kérimov, le premier musée d’État du tapis au monde (aujourd’hui, le musée national du tapis d’Azerbaïdjan à Bakou) a été créé. Kérimov était également son principal consultant scientifique.
[R. Tagiyeva, Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 93]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 35]

L’historien de l’art et académicien azerbaïdjanais Abdoul Vagab Salamzadé a décrit la personnalité de Latif Kérimov de la manière suivante : « Après ses explications, les éléments inhabituels de l’art du tapis devient un livre clairement lisible, et pour cela, vous devez avoir le talent d’un artiste ornemental, ethnographe, historien, critique d’art – Latif Kérimov réunit toutes ces qualités».
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 77]

Latif Kérimov a été le principal initiateur et organisateur des symposiums internationaux sur les tapis orientaux organisés par l’UNESCO à Bakou dans les années 1980.
[R. Tagiyeva. Phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 92]

En 1945, Latif Kérimov a été nommé chef du laboratoire d’arts appliqués, et en 1983, il a été nommé chef du département des tapis de l’Institut d’architecture et d’art de l’Académie des sciences de la RSS d’Azerbaïdjan.
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 398]

Latif Kérimov a enseigné au Collège d’art de l’Académie d’État des arts d’Azerbaïdjan, à l’Université d’État de Bakou et à l’Université d’État de la culture et des arts d’Azerbaïdjan pendant plusieurs années. Il a été membre du Conseil scientifique du Musée national de l’histoire de l’Azerbaïdjan et du Musée Nizami Ganjavi de la littérature azerbaïdjanaise.
[Artistes des peuples de l’URSS. Dictionnaire bibliographique. Volume 4. Livre 2. 1995, p. 398]
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 34-36]

Latif Kérimov est l’un des rares artistes à s’être engagé dans des activités artistiques à la fois pratiques et théoriques. Le critique d’art azerbaïdjanais Mourssal Nadjafov a fait remarquer : « Il est rare de pouvoir rencontrer une personne qui crée l’art et l’histoire de l’art ».
[K. Kérimov. Latif Kérimov – l’artiste du peuple de la RSS d’Azerbaïdjan. 1983, p. 29]

Dans le livre “Phénomène de Latif Kérimov” (2006), il est indiqué qu’il est décédé le 8 septembre 1991, mais sur la pierre tombale de l’artiste (dans le caveau d’honneur de Bakou), la date de décès est indiquée comme étant le 9 septembre.
[R. Tagiyeva. Le phénomène de Latif Kérimov. 2006, p. 89]
[Le cimetière honoraire. 2007, p. 109]